Savez vous lire les étiquettes ?

Savez-vous ce que contiennent vraiment les produits industriels?

Les produits transformés représentent un avantage pour beaucoup de monde : ils permettent un gain de temps important, et souvent, une économie (un cassoulet en boîte est bien moins cher qu'un cassoulet classique). La raison? Les industriels achètent leur produits en très grande quantité, ce qui diminue forcément les coûts, et donc le prix final des produits transformés.

Mais pas seulement.


Savez-vous ce que contiennent vraiment les produits industriels?

 

Pour cela, une seule solution : savoir décrypter les étiquettes.

 1. Lire les étiquettes en un seul coup d'oeil

Habituellement, un consommateur ne lit pas les ingrédients de chaque produit, mais se contente de le choisir en un coup d'oeil. Encore faut-il que ce coup d'oeil soit avisé, afin de comprendre les mots et visuels choisis par les industriels pour faire vendre.

- Sans sucre

Attention à l'orthographe de cette expression.

Au singulier, "sans sucre" signifie "sans saccharose". Le produit peut donc contenir d'autres formes de glucides (lactose, fructose,amidon...).

Au pluriel, "sans sucres" signifie "sans glucide", et dans ce cas on ne retrouve effectivement aucune trace de glucide que ce soit.

- "0% des sucres ajoutés" ou "sans sucres ajoutés"

Le "0%" ne veut rien dire : 0% de salaire ajouté veut dire qu'il n'y a pas eu d'augmentation de salaire. Cela ne signifie donc pas qu'il n'y a pas de sucres : les sucres présents sont bien là, mais on n'en a pas ajouté d'autres.

Ces mentions permettent de mettre en avant un gros "0%" ou un gros "sans sucres" qui, lorsqu'on choisit vite, donne l'impression de choisir un produit sans sucres.

- Allégé, Light, léger, 0%...

La dénomination "allégé" est la seule a être légiférée. Un produit "allégé" a subi une réduction de sucres ou de matières grasses. Cet allègement ne doit pas avoir dénaturé la nature du produit (un yaourt allégé reste un yaourt, du beurre allégé reste du beurre). Sur l'emballge, doivent figurer le type d'allègement (allégé en sucre, ou en matières grasse), ainsi que sa proportion.

Attention, les autres autres termes ("light", "léger", "basses calories"...) n’ont pas de définition légale et peuvent être utilisé librement. Dans ce cas, une seule solution : lire les ingrédients et les informations nutrionnelles.

Attention aux étiquettes vantant des caractéristiques normales pour le produit : une sucette "0% fat" (en français : 0% de gras) ne devrait pas vous attirer, car une sucette normale est essentiellement composée de sucres (glucides), et non de gras (lipides).

 

De même, il est conseillé de comparer les valeurs nutritionnelles en détail : dans beaucoup de cas si les glucides sont diminués, les lipides sont augmentés. Et inversement. [Consultez notre dossier sur les produits allégés]


 

- Arôme ou goût

Un produit vantant "Goût fraise" ou "Arôme fraise" ne contient probablement pas de fraises! Il est nécesaire de consulter la liste des infrédients pour s'en assurer. Par ailleur, la mention "arôme" fait souvent référence à une arôme artificiel, et non un arôme naturel.


 - Les produits bio

Beaucoup de produits portent des mentions du type "Bio", "Produit biologique", sans être issus de l'agriculture biologique.

Pour être sûr de consommer un produit bio, il faut vérifier qu'il porte le Label AB (le plus connu), Demeter ou Nature et Progrès. [METTRE IMAGE]


 - Saveur de l'année

Les mentions "saveur de l'année" ou "produit de l'année" sont issues d'un classement réalisé par une entreprise privée. Ce sont des consommateurs qui votent en indiquant préférer tel ou tel produit. Cette mention n'est pas un gage de qualité gustative, et ces produits ne sont soumis à aucun cahier des charges.

 

- Préparation de viande

Si lors de la transformation d'un produit, un seul aliment intégré n'est pas de la viande, il s'appelle alors "Préparation" (par exemple pour les nuggets de poulet). Dès lors, il n'obéit plus à la moindre réglementation. L'origine de la viande n'est pas mentionnée, ni même parfois les morceaux.


 - Façon

Le mot "façon" d'une étiquette permet faire avaler tout et n'importe quoi au consommateur. Il permet aux industriels de donner l'illusion d'un produit avec un mot alléchant, sans en avoir respecté le principe.

Par exemple : "Façon tarte tatin". Le produit aura peut-être un goût assimilé à la tarte tatin, mais on ne risque pas de trouver de la pomme ou de la tarte dans le produit.

 

 


 

2. Comprendre les étiquettes en détail

 

- La liste des ingrédients

Tout produit mentionne obligatoirement la liste des ingrédients entrant dans la composition. Cette liste est ordonnée dans l’ordre décroissant : le premier ingrédient de la liste est celui qui est le plus important en proportion, ensuite vient le 2ème et ainsi de suite.

 

 

Par ailleurs, dès lors qu'un produit met en avant un ingrédient quelconque, son pourcentage doit être indiqué. Mais sortez vos calculettes : prenons l'exemple d'une tourte au saumon, qui vante 30% de saumon.

En regardant de plus près, il est indiqué :

- Pâte : 60%

- Garniture : 40%

Le saumon n'étant présent que dans la garniture, il n'y en réalité que 12% de saumon pour l'ensemble de la tourte!


 - Les valeurs nutritionnelles

Bon à savoir : habituellement, on entend parler du nombre de calories d'un produit, et du nombre de calories que l'on absorbe dans une journée. Il s'agit d'un abus de langage : on parle en réalité dune Calorie (avec une majuscule).

Sur les étiquettes, il est mentionné "kcal".

Une Calorie (avec une majuscule) = 1000 calories, soit une kilocalorie.

1 Cal = 1000 cal = 1kcal.

 

Les informations nutritionnelles sont facultatives sur les étiquettes des produits.

Quand elles sont présentes, elles mentionnent à minima :

    *

      - la valeur énergétiques énergétique en kj (kilojoules) et kcal (kilocalories)
    *

      - les protides (en g)
    *

      - les lipides (en g)
    *

      - les glucides (en g)
    *

      Il s'agit de nutriments.

Les valeurs sont indiquées pour 100g (ou 100mL) de produit. Elles sont parfois indiquées pour une portion (part : pour un steak, pour un biscuit, pour 30g de céréales, etc.)


 


 

 

- Les AJR

Les AJR sont les Apports journaliers recommandés. Si un produit apporte 100% des AJR en vitamines, cela signifie que ce seul produit est suffisant pour faire le plein de vitamines dans la journée. Mais les besoins journaliers varient en fonction du sexe, de l'âge, et l'activité physique de chacun : si le sexe et l'âge ne sont pas précisés sur l'étiquette, ces AJR ne veulent rien dire.

 

- Dextrine

Cette poudre provenant des amidons et des fécules n'est pas un additif alimentaire mais un ingrédient. On la trouve, par exemple, dans le grain de riz. A la cuisson, la dextrine se dissout et va coller les grains de riz entre eux. Plus le taux de dextrine sera élevé, comme dans les riz ronds, plus le riz sera collant. On en trouve par exemple dans la mayonnaise.


 

- Les additifs (colorants, conservateurs)

En plus des ingrédients naturels, nos aliments contiennent souvent des additifs. Parfois nocifs pour la santé, ils servent la plupart du temps à masquer la mauvaise qualité d'un aliment. Leur remplacement par des produits naturels signifie que ce que vous achetez est de meilleure qualité, mais aussi plus cher.


 

Ces additifs sont les fameux "E quelque chose" (E pour Europe).

E 100 à E 199 - les colorants

Ils ajoutent de la couleur aux aliments, et cachent souvent un défaut de qualité du produit.

E 200 à E 399 - les conservateurs

Indispensables pour la conservation de certaines charcuteries par exemple, ils permettent de freiner la dégradation des aliments en contact avec l'air.

Remarque : E 210 à 219 qui peuvent provoquer des allergies.

E 620 à E 640 - les exhausteurs de goûts

Ils ont pour rôle de renforcer ou de modifier le goût des aliments et trompent souvent le consommateur sur la qualité réelle des produits.

Remarque : E 620 à E 625, les glutamates, qui sont soupçonnés de favoriser les maladies d'Alzheimer et de Parkinson.


 

- Les edulcorants

Ils apportent un goût sucré aux aliments. Leur usage se justifie pour des produits à destination de personnes diabétiques ou obèses. Par contre, surveillez les E 420, E 421, E 950 à 954 et les E 965 à E 967. Certains enfants ne peuvent en tolérer que de faibles quantités.

 

Les contrôles sanitaires exercés lors de la fabrication des produits assurent en théorie que chaque aliment ne dépasse pas dans sa composition les doses d'additifs autorisés.


0 Commentaire
NOM*
EMAIL* (REQUIS MAIS SECRET)
COMMENTAIRE